Histoire du village

Retrouvez l'histoire de notre commune...

En échange d’une coupe d’or

Eglise Sainte-Marie l’égyptienne de Sainte Marie au Bosc

Sainte-Marie l’égyptienne

« Sancte Marie de Fifcannemse Sylva » est la forme nominative du village, trouvée en 1050. Le qualificatif évoque d’anciennes forêts de Fécamp. Il semblerait que le fief de Sainte-Marie-au-Bosc fut donné à l’abbaye de Montivilliers par Guillaume le Conquérant en échange d’une coupe d’or. L’église actuelle, dédiée à Sainte Marie d’Egypte (d’où le nom des habitants les Marigyptiens), a conservé son clocher et son choeur du XIIe siécle, alors que l’ancienne nef fut détruite à la suite d’un affaissement de terrain, l’église étant située sur un carrière.

 

 

 


Mairie de Sainte Marie au Bosc

Mairie de Sainte Marie au Bosc

La commune est, par ailleurs, fière d’avoir une belle place où se situe la mairie-école construite par le professeur Antonin Gosset à partir de 1932. Ce dernier, riche propriétaire, fit démolir l’ancien bâtiment administratif ainsi qu’un café-épicerie qui se trouvaient dans un état vetuste pour inaugurer, en 1936, la nouvelle bâtisse. La place est aujourd’hui dotée d’un joli puits qui, autrefois, se situait derrière le café et servait de citerne à ce dernier. Le buste d’Antonin Gosset trône désormais dans le cimetière, à côté de l’église.

 

 

 


le-cote-d-albatre-ste-marie-au-bosc-trav-eglise-2-300x199Depuis octobre 2016, l’église « Sainte-Marie l’égyptienne » fait l’objet de travaux de rénovation, travaux réalisés bénévolement par Marcel Claersboudt, conseiller municipal avec l’aide de l’employé communal. En effet, l’église souffrait des outrages du temps, problème d’infiltration, tant sur les murs qu’au niveau de certains vitraux. Mettant à profit sa retraite, c’est avec un bel enthousiasme que Marcel Claersboudt s’est lancé dans cette tâche, porté par le désir de restaurer cette belle église Un long travail qui a débuté par la réfection des murs et du plafond (enduits, bouchage des trous et fissures). Si les travaux de peinture ne seront réalisés que l’an prochain, Marcel ne compte pas s’arrêter là, les travaux vont se poursuivre à la sacristie, les bancs, l’autel en bois vont être reteintés. Le confessionnal malheureusement n’a pas résisté lorsqu’il a fallu le déplacer. La préservation d’un beau patrimoine pour lequel le conseiller, le maire Gustave Masson aimeraient connaître l’histoire, peu de renseignements sont actuellement en possession.

Source presse Havraise et Le Côte d’Albâtre.

Article dans la presse écrite (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :